S’aimer soi-même

S'aimer soi-même

On peut souvent entendre parler d’amour de soi, et la place importante que prend cet amour pour avoir des relations de qualité avec les autres.

Mais que signifie s’aimer soi-même ? Comment décomposer cet amour de soi pour le développer et s’apprécier plus afin d’aller, également vers de bien meilleures relations aux autres ?

Cette question m’a été posée plusieurs fois, mais c’est plus récemment que j’ai réalisé la méconnaissance de ce terme : “s’aimer soi-même”. Particulièrement lors d’une rencontre où la personne m’a demandé comment se faisait-il qu’elle avait des relations déséquilibrées. Elle cherchait à les rééquilibrer en s’offrant cet amour, mais elle ne comprenait pas vraiment le sens de ce terme, et surtout, sa mise en application.

C’est ce que je vous invite à explorer au cours de cet article.

S’aimer soi-même, ça veut dire quoi ?

Le concept d’amour de soi peut être difficile à comprendre, à intégrer et donc à mettre en pratique. Particulièrement si, comme pour la plupart des personnes, cela n’a pas été une notion enseignée dès le plus jeune âge, et donc ainsi, une notion intégrée à l’âge adulte et normalisée.

Il est normal, donc, de pas ou peu comprendre cette notion une fois adulte, étant un concept nouveau. Et dans son sens littéraire, s’aimer est bien trop large. L’amour est une des définitions les plus difficiles, et personnelles également, alors l’intégrer en plus à soi-même peut nous perdre.

S’aimer soi-même, ce n’est pas seulement se dire “je m’aime”. Loin de là.

Des mots sans résonance font bien peu d’effet, même si c’est tout de même un bon début.

Pourquoi manquons-nous d’amour de soi ?

Nous l’avons abordé rapidement, mais pour consolider cette compréhension, faisons un rapide retour sur cela : nous n’apprenons pas l’amour de soi, l’égocentrisme sain, la relation à nous-même. Notre culture est tournée vers l’autre (ce qui a bien sûr énormément de positif) et nous demande bien souvent de nous détourner de nous-même.

Dès notre plus jeune âge, nous avons pu entendre et interpréter certaines situations qui nous ont fait intégrer l’idée de nous détourner de nous-même pour convenir, pour être apprécié.

Exemple : “Sois sage et maman sera contente”, “Ne pleure pas”, “Fais un bisous à tant Gertrude”. 

Dans ces exemples très brefs, nous pouvons voir qu’il n’y a aucunement la place pour que nous exprimions notre propre opinion, notre propre envie et besoin, et encore moins notre appréciation ou non de tante Gertrude. Non, nous apprenons à avoir le comportement que l’on attend de nous.

A l’âge adulte, bien souvent, ces expériences cumulées en grand nombre, (qui partent bien souvent de la meilleures des intentions) nous enseignent à offrir, donner, convenir, tenter de plaire… pour être apprécié et aimé. Mais cette lecture et interprétation de notre éducation nous amène donc à nous détourner de nous-même et de ce que nous devons nous-même nous apporter, pour le rechercher à l’extérieur, chez l’autre.

Ce n’est ni plus ni moins qu’une dépendance que nous développons : un besoin de l’autre pour répondre à un besoin qui est le nôtre.

Le manque d’estime de soi et la dépendance affective sont les facteurs les plus connus qui entretiennent ce manque d’amour de soi à l’âge adulte.

Pour rééquilibrer nos relations, en quittant la quémande à l’autre pour ne laisser plus que la place au partage et à la réelle connexion, il est donc essentiel de renouer un rapport à soi plus favorable, de développer, donc, l’amour de soi.

Comment démarre l’amour ?

Pour intégrer ce concept, je vais vous demander de penser un instant à une personne que vous aimez sincèrement. Si possible, à un enfant que vous aimez et à qui vous souhaitez le plus grand bien. 

Comment abordez-vous cette relation, qu’est-ce que vous y intégrez naturellement ?

  • Du respect ?
  • De l’écoute ?
  • De l’encouragement ?
  • De l’indulgence, de la bienveillance ?
  • De l’envie de lui faire plaisir, de répondre à ses envies, ses besoins ?

Voici quelques exemples assez généralistes des comportements que nous pouvons mettre en place naturellement auprès d’une personne que nous aimons sincèrement.

Ce sont des comportements qui offrent une place de choix à cette personne pour lui démontrer l’importance qu’elle a pour vous, et ainsi, l’amour/l’affection que vous lui portez.

Comment l’amour s’offre-t-il aussi à soi-même ?

Et bien, c’est l’application de ces comportements envers soi-même qui développe l’amour de soi. Des comportements qui vont nous combler nous-même, nous faire quitter la dépendance à autrui pour obtenir ce qui devrait venir de nous-même avant tout.

C’est ainsi que nous rééquilibrons notre rapport aux autres en développant la qualité de notre rapport à nous-même.

Nous quittons la dépendance à l’autre en s’accordant à nous-même ces valeurs essentielles d’affection. 

Le but n’est pas de ne plus en recevoir d’autrui, bien sûr que non, mais de ne plus rechercher par manque. De recevoir dans la gratitude et non plus dans le besoin vital, ne nous accordant pas à nous-même ces comportements qui comblent des valeurs absolument essentielles pour un individu.

Développer l’amour de soi

Comment démarrer le développement de cet amour de soi ? D’un rapport à soi-même avec plus d’affection ? 

Voici 5 axes de travail, 5 points que vous pouvez, dès aujourd’hui, commencer à mettre en pratique pour développer un rapport à soi plus sain, plus bienveillant. Pour tout simplement commencer à vous offrir de l’amour à vous-même.

Écoute de soi

Commencer à faire de la place à vos émotions, à vos ressentis, c’est déjà s’accorder cette écoute que vous pouvez avoir tendance à offrir aux autres et non à vous-même.

C’est une place faite à vos messagers les plus précieux : vos émotions.

Pour se faire, commencez simplement par, quotidiennement, à un moment récurrent pour en faire une routine et une habitude avec le temps, à vous poser à vous-même cette question : “Comment ça va ?”.

Explorez votre réponse : Bien ? Qu’est-ce qui vous fait ressentir cela ? Pas superbe ? Triste ? Pour quelles raisons ?

Ce dialogue interne est déjà une attention vers soi-même qui fait la différence avec une personne qui se fuit constamment (inconsciemment). Cette écoute de soi est déjà un pas vers un rapport à soi-même plus aimant, plus affectueux, car rappelez-vous, l’écoute est ce que nous mettons naturellement en place envers une personne que nous aimons. 

Et la question “comment ça va” est celle que nous posons à tous… Tous, sauf nous, bien souvent.

Se rassurer

En initiant un premier dialogue interne avec la mise en pratique précédente, vous aurez aussi accès à vos émotions dites “négatives”. C’est-à-dire, les émotions désagréables à ressentir, qui vous attendent pour être entendues et ainsi vous permettre d’agir.

Vous aurez accès à vos peurs, à des choses qui peuvent vous impacter (une situation, une parole dans votre journée, par exemple), auxquelles vous pouvez répondre.

Vous répondre par de la rassurance, comme vous le feriez pour une personne que vous aimez. Un “ça va aller”, “je sais que je vais surmonter ça”, “tu as fais de ton mieux”, sont des exemples de réponses à vous-même qui sont bien plus encourageantes, indulgentes, rassurantes que de vous juger ou vous autoflageoller.

Et ces comportements de rassurance et de bienveillance envers vous ne sont ni plus ni moins que des actes d’affection envers vous-même, qu’il est temps de mettre en pratique et de répéter, encore et encore, jusqu’à ce que vous les normalisiez.

Oui, il est temps de normaliser de bien vous traiter.

Prendre soin de son corps et de son mental

Prendre soin de votre corps comme d’un être cher, par l’écoute de vos douleurs et leur prise en charge, mais aussi par l’entretien de celui-ci de la meilleure manière qu’il soit, ce sont des actes d’amour de soi.

Encore une fois, c’est les mettre en pratique, les répéter et les normaliser qui vous renverra à vous-même cette valeur que vous avez, reflet de la valeur que vous vous accordez.

Prendre soin de son mental va passer non seulement par l’écoute de soi comme vu précédemment, mais également par l’anticipation.

Ne plus attendre d’être épuisé ou d’avoir été productif pour se reposer, mais normaliser ce temps dans votre planning pour vous détendre, vous faire du bien, c’est de l’affection pour vous que vous vous offrez.

Nous aurions tendance, de par notre éducation, culture, à attendre de “mériter” de se reposer, de “mériter” de prendre soin de soi.

L’amour amène à l’inverse : “Je mérite de me reposer parce que je suis, et c’est tout.”

Répondre à vos envies et à vos besoins

Prenez-vous du temps, quotidiennement, pour faire quelque chose qui vous fait du bien ? Quelque chose qui vous fait envie ?

Prenez-vous simplement le temps de déterminer, chaque jour, si vous avez une envie ou un besoin particulier ?

Faites cet exercice, chaque jour, de vous demander si quelque chose vous fait envie pour aujourd’hui ou la semaine à venir. De la pizza à voir vos amis, peut-importe, le but est de faire de la place à ce qui vous anime à plus ou moins long terme. Et à vous mettre en œuvre pour y répondre, le plus tôt possible.

Faites de même pour les plus grands projets. En mettant, cette fois, en place un système de réponse à votre projet par petites étapes.

Exemple : Un projet de voyage, mais il me faut les finances ? Je mets en place un virement sur un compte dédié chaque mois et je commence à explorer les détails sur internet de mon voyage, puis à mettre en place un budget précis, puis je continue. Résultat ? Je suis en chemin pour la réalisation de mon projet, et je quitte la position de simple rêveur.

Ces mises en pratique ont bien plus d’impact que vous pouvez l’imaginer. Car, constamment, nous nous observons nous-même, et d’entrevoir quotidiennement que vous vous appliquer à prendre soin de tout ce qui fait de vous ce que vous êtes, à prendre soin de votre être, c’est vous réattribuer de la valeur à vos propre yeux, tout en vous offrant une vision plus confiante de vous envers vous-même. Oui, vous devenez la personne sur qui vous pouvez comptez, celle qui s’occupe bien de vous, celle qui vous apporte de l’affection, jour après jour.

Se respecter

Tout ce que nous venons de voir sont déjà des marques de respect envers vous-même. 

En tout cas, c’est le début d’une valorisation personnelle qui vous amène à développer le respect de soi qu’il existe forcément dans l’amour de soi.

Mais le respect de soi va plus loin.

Dans le fait, par exemple, de ne plus vous opposer à vous même dans vos réponses aux autres. Ces fois où vous dites “oui” alors que vous aimeriez dire “non”.

Dans toutes ces fois où vous ne vous prioriser pas là où vous devriez le faire car vous êtes seul responsable de votre bien-être.

Grâce à votre écoute de vous-même, à l’apprentissage que vous faites de vous (on pourrait même appeler cela une reconquête de vous-même), vous êtes en train de développer ce respect de soi et cet amour de soi.

Vous développerez ainsi une relation avec vous-même plus affectueuse, dans le respect et l’indulgence. Dans un respect qui vous amènera à prendre un temps de réflexion avant de rendre un service ou de répondre à une invitation pour vous concerter avec vous-même, votre envie, votre besoin à vous du moment.

Non, vous ne donnerez pas moins aux autres dans cet amour de soi, mais vous donnerez mieux.

Vous ne donnerez pas dans l’espoir de retour, dans le secret besoin de retrouver chez l’autre ce que vous manquez de faire pour vous-même, mais vous alignerez la qualité de vos relations avec les autres à la qualité de relation que vous avez avec vous.

Souvenez-vous qu’un “oui” sans sincérité ne cultivera aucunement une relation profonde.

Et il est temps, par amour de vous et par sincère amour de l’autre, de vous permettre de vous faire aimer parce que vous savez que vous avez de la valeur, et non plus de donner pour recevoir une reconnaissance de l’autre qui vous fait vous sentir aimer, et en redemander encore et encore.

En développant son amour de soi, on développe une relation aux autres plus juste, où chacun est aimé pour ce qu’il est, et non plus ce qu’il peut combler, entre autres.

Je vous offre votre cadeau gratuit à télécharger :

« Les 5 bases pour augmenter son estime de soi »

4 Comments

  1. Indoza

    J’ai tellement aime cet article. Et je vais faire de mon mieux pour developper cet amour de soi-meme.

    Reply
    • Esther

      Bonjour,
      Merci beaucoup de partager le ressenti que vous avez à la lecture de cet article. Je suis vraiment ravie s’il peut soutenir une démarche si saine dans votre rapport à vous-même et aux autres.

      Reply
  2. josiane matia

    bravo pour cet article qui fait écho à mes pensées. je souhaite tellement me donner cet amour que j’offre aux autres mais j’ai parfois l’impression de ne pas savoir comment faire. je suis tellement habituée à faire passer les autres avant moi que je suis perdue. merci de nous rappeler l’essentiel.

    Reply
    • Esther

      Un grand merci à vous pour ce partage.
      Changer un fonctionnement qui a été mis en place durant des années demande certaines prises de conscience, de mettre au clair ce que vous visez pour garder votre motivation dans vos tentatives, dans vos répétions, jusqu’à incarner ce changement qui peut grandement vous apporter.
      Lire des articles, visionner des vidéos, sont déjà des premières ressources qui viennent enrichir votre démarche.

      Je vous souhaite sincèrement la meilleure des continuations.

      Reply

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Envie d’aller plus loin dans votre épanouissement personnel ?

Jetez un oeil aux différents ebooks gratuits que je vous offre, ou prenez RDV pour une séance de coaching individuelle et personnalisée !